La Pollinisation d'une orchidée

Exemple d'un Paphiopedilum


 

 

La mission du jour (si vous l'acceptez) sera donc de polliniser un Paphiopedilum...

LA VICTIME : Paphiopedilum micranthum var. eburneum

DATE ESTIMEE DU CRIME : 4 jours après ouverture de la fleur...

 

 

LES FAITS :


  • La pollinisation d'un paphio a le plus de chances de réussite si elle a lieu peu de temps après l'ouverture de la fleur (une semaine maximum). Cela permet d'obtenir plus de graines par capsule et une meilleure germination des graines en culture in vitro…

 

  • Il est toujours préférable de croiser 2 plantes plutôt que de procéder à un self (c'est à dire la pollinisation d'une plante avec son propre pollen), les chances de réussite sont théoriquement plus élevées. Cependant quand, comme dans le cas présent on espère obtenir une descendance très proche de la plante mère et que l'on ne possède pas de pollen d'une plante similaire, on peut tenter une pollinisation en self…

1ère étape : préparer la scène du crime

Les outils nécessaires : la plante bien sûr, un cure dent ou des pincettes qui serviront à retirer le pollen et à l'appliquer à l'endroit prévu, une paille transparente pour stocker le pollen, un briquet pour brûler la paille et la fermer hermétiquement par la suite

Couper une section d 'environ 5 cm de la paille et brûler une extrémité de façon en pressant avec les doigts à la coller hermétiquement…

Etape n°2 : un peu d'anatomie

Les masses polliniques sont assez apparentes et faciles à localiser sur les paphios. Elles sont situées de chaque coté de la colonne, dans une sorte de " coque " un peu rigide. Selon l'espèce de paphio concernée, les masses polliniques peuvent être granuleuses ou au contraire " collantes ", ce qui peut surprendre par rapport à un phalaenopsis par exemple.

pollinisation_4.jpg (20524 octets)

Elles sont indiquées ici par les flèches rouges ( vue de dessus)

vu de côté : on voit la coque qui contient le pollen

3ème étape : prélever le pollen

A l'aide du cure dent, on va délicatement détacher les coques renfermant les masses polliniques. Il suffit de passer le cure dent dessous et de faire levier pour qu'elles se détachent.

Le pollen est contenu dans les pollinies, cette masse jaune séparée en 2 que l'on voit sur la photo. Il va falloir l'extraire délicatement de sa coque protectrice

 

 

pollinisation_7.jpg (14854 octets)

A l'aide du cure dent, on retire les masses polliniques de leur enveloppe

pollinisation_8.jpg (12097 octets)
pollinisation_9.jpg (11020 octets) pollinisation_11.jpg (15526 octets)

Voici les " coques " vides...

 

pollinisation_10.jpg (10952 octets)

On place enfin le pollen dans la petite paille prévue à cette effet.

 

4ème étape : Le massacre sans tronçonneuse

Malheureusement sur les Paphiopedilums il est quasiment impossible d'effectuer une pollinisation sans mutiler la fleur en retirant le labelle. La zone sur laquelle doit être déposé le pollen n'est en fait pas accessible sans cette opération…

C'est un véritable crève cœur surtout après seulement quelques jours de floraison mais on a rien sans rien, allez, massacre au ciseau... Il faut découper proprement le labelle de façon à dégager la colonne et le stigmate. Attention à ne pas endommager le stigmate dans cette opération…

Voilà le résultat ! Horreur , mon beau paphio !!!!!

La flèche en rouge indique la partie qui va désormais nous intéresser, le stigmate, vu ici de dessus. La zone sur laquelle le pollen doit être déposé se trouve dessous…

Le voici vu de dessous, avec la flèche indiquant l'emplacement où il faut déposer le pollen. Contrairement à d'autres orchidées cette zone n'est pas vraiment fortement adhérente et il va falloir " tartiner " le pollen pour le faire adhérer au maximum…

5ème étape : Ou l' on se prend pour un petit insecte pollinisateur

Après l'épisode précèdent plein de violence, enfin un instant de poésie: Nous allons nous substituer à Dame Nature en prélevant un peu de pollen dans la petite paille pour ensuite venir l'appliquer sur la zone cible avec le cure dent...

On étale bien à plat avec le cure dent pour appliquer un maximum de pollen sur cette zone. Attention toujours à ne pas endommager le stigmate dans l'opération

Voilà c'est fait !

pollinisation_16.jpg (9169 octets)

Le pollen restant sera conservé au frais (frigo) dans la paille dont on aura fermé hermétiquement la seconde extrémité en la brûlant. Il pourra ainsi être utilisé sur une autre plante ou échangé avec un collègue...

 

Note de la rédaction: Si tout se passe bien, le pollen va germer dans les heures suivantes et aller féconder les ovules situés dans le stigmate. Si la fécondation a fonctionné on verra chez certains genres la fleur se faner rapidement, mais chez les Paphiopedilum il ne se passe rien de spécial au début. Au bout d'un certain temps cependant le pétiole (partie qui rattache la fleurs à tige) se gonfle progressivement, signe que le processus est enclenché. Le pétiole se transformera alors en capsule qui mûrira lentement au fil des mois. La période mûrissement est variable selon les espèces et les conditions de culture. Cela peut aller de quelques semaines jusqu'a plus d'un an. Comme il peut passer pas mal de temps entre la pollinisation et la récolte des graines, n'oubliez pas d'étiqueter la capsule pour savoir quel croisement a été fait et quant.

 

Quant la capsule est bien mure (jaune) et avant qu'elle ne commence à s'ouvrir, il faut l'envelopper d'un petit sac en papier afin de récolter les graines qui sinon se répandraient partout comme une fine poussière.  Il est aussi possible de faire des semis de graines encore vertes (la capsule est alors récoltée avant d'atteindre la maturité). Cette méthode est souvent préférée pour gagner du temps, voire indispensable dans certains cas ou les graines sèches ne germent pas. Pour les Paphiopedilum notamment, certaines sources semblent indiquer qu'il y a une meilleure chance de germination avec semis en vert (capsule cueillie au bout de 4-5 mois).

 

Une fois les graines récoltées il ne vous restera ensuite plus qu'à les semer ! Enfin c'est plus facile à dire qu'à faire car cela doit se faire sur milieu stérile dans des strictes conditions d'asepsie. Mais c'est une autre histoire que nous vous raconteront peut être une autre fois si vous êtes bien sages ;-)

 

Reportage par Lilo (Mykerina), 24 Mai 2006

 

 

Accueil    Plan    FAQ    Fiches de culture    Orchigazette    Matériel