20 Trucs pour augmenter l'humidité ambiante...


Djamel et Laurence (le 4 avril 2003) - m.a.j. 26 Mars 2005

L'humidité ambiante (l'eau contenue dans l'air, soit l'hygrométrie) est un facteur important pour que nos orchidées poussent et fleurissent bien. En appartement l'hygrométrie de l'air est souvent insuffisante surtout en hiver lorsque le chauffage est allumé.  En fonction des orchidées que vous voulez cultiver, vous pourrez donc être amené à vouloir augmenter l'hygrométrie autour d'elles.

Nous vous présentons ici quelques petits trucs pour augmenter l'humidité ambiante autour de vos plantes ou pour modifier l'humidité de toute une pièce... 

Il y en a pour tous les goûts: à vous de choisir ce qui vous convient le mieux !

Quelle hygrométrie pour quelles orchidées ?


Contrairement à la croyance populaire, toutes les orchidées n'ont pas besoin d'une humidité ambiante saturée en eau pour se développer. Les Cymbidium, Phaïus et Paphiopedilum se satisferont d'à peu près toutes les conditions d'humidité ambiante. L'hygrométrie moyenne que l'on trouve dans nos maisons (environ 50 %) , est généralement suffisante. C'est aussi une hygrométrie qui conviendra aux Phragmipedium, à condition que leur racines soit bien humidifiées.  Inutile de travailler pour eux l'humidité ambiante: si elle vous convient, ils s'en satisferont. Par contre si vous souffrez de la sécheresse chez vous pendant l'hiver, c'est probablement qu'elle est inférieure à 30 % et donc il serait bon de l'augmenter,  pour vous comme pour vos plantes.

A l'autre extrémité, vous trouverez des orchidées telles que les vanda, qui demande une très forte hygrométrie (de l'ordre de 80%). La majorité des orchidées miniatures, telles que les Restrepia, Masdevalia, Dracula sont dans le même cas. Ce sont des orchidées qui sont difficiles à réussir en appartement, à moins d'avoir des petits trucs pour augmenter l'humidité locale autour de la plante.  Et en règle générale, toutes les plantes qui poussent racines nues (montées sur des plaques de bois par exemple) ont besoin d'une humidité ambiante élevée. 

La majorité des orchidées en pots que l'on trouve en jardinerie sont dans une situation intermédiaire: l'humidité ambiante doit être dans la mesure du possible de l'ordre de 50 %. C'est le cas des Phalaenopsis, des Oncidium et des Cattleya. Pour ceux la, nos maisons sont tout à fait confortables à condition d'augmenter légèrement l'humidité ambiante. Je parviens très bien à cultiver ces  orchidées dans un environnement plus sec que ce qui est généralement préconisé. En ce moment j'ai 30 % d'hygrométrie dans mon salon et les plantes se portent pourtant très bien, peut être parce qu'elles sont en hydroculture et ont donc accès à de l'eau en libre service au niveau des racines. Tout cela pour dire que même dans un environnement sec il y a toujours moyen de s'arranger avec quelques petits trucs et en adaptant les méthodes de culture...

Augmenter l'hygrométrie locale autour de vos orchidées


Choisir le bon emplacement...

Si vous n'avez que quelques orchidées chez vous, il est inutile d'investir dans de l'équipement coûteux pour que vos protégées bénéficient d'un peu plus d'humidité ambiante. Il existe des petits trucs "simples et pas chers" qui peuvent suffire à leur bonheur. Tout d'abord, choisissez le bon endroit pour vos orchidées: L'humidité ambiante diminue quant la température augmente, donc éloignez vos orchidées de toute source de chaleur (radiateurs, cheminées, appareils électriques qui dégagent de la chaleur comme les frigos). 

Une fois que vous avez trouvé le bon emplacement, vous pouvez recréer un petit oasis humide chez vous en regroupant toutes vos plantes au même endroit. La transpiration des plantes vertes suffira souvent à augmenter localement l'humidité autour de vos orchidées. Certaines plantes gourmande en eau s'y prêtent très bien : papyrus, plantes carnivores, bégonia bambousiforme de grande taille (pour en savoir plus). Vous pouvez aussi choisir de placer vos plantes dans la salle de bain, qui est souvent plus humide que le reste de la maison. De plus vous pourrez laisser un fond d'eau dans la baignoire pour augmenter encore l'hygrométrie de la pièce. 

 

Pulvérisations or not pulvérisations ?

On lit souvent dans les livre qu'il faut puvériser régulièrement les racines aériennes et le dessous des feuilles des orchidées pour pallier à un manque d'hygrométrie ambiante. Mais attention, cette solution est loin d'être une panacée! Tout d'abord attention à la quantité d'eau que vous utilisez lors des brumisations: il ne faut pas que cela se transforme en arrosages quotidiens. Des brumisations trop abondantes empêchent le substrat de sécher entre les arrosages et peut mener à la pourriture des racines. Ensuite utiliser impérativement de l'eau non calcaire pour éviter de "statufier" les racines aériennes et éviter la formation de tâches blanches sur les feuilles. Vous pouvez utiliser de l'engrais mais à dose très réduite (voir ici).

L'augmentation de l'humidité ambiante lors des vaporisations est cependant de très courte durée. La brumisation doit être renouvelée plusieurs fois par jour pour être réellement efficace. De plus, dans certains cas la brumisation peut être plus dommageable qu'autre chose: taches sur les feuilles (ex. chez les Zygopetalum, Lycaste), chutes des boutons floraux (chez cattleyas notamment), risques de pourriture si de l'eau reste au cœur de la plante (Phalaenopsis). Donc soyez prudent et évitez de brumiser en fin de soirée afin d'éviter que la plante reste humide pendant la nuit où il fait plus frais. Dans l'idéal: ne brumisez pas du tout, essayez plutôt d'augmenter l'humidité locale autour de vos plantes de façon plus globale avec une des autres techniques de cet article ;-)

 

Plateaux d'humidification ?

Vous pouvez poser vos pots sur un bac remplit d'eau, de billes d'argile expansée, de pouzzolane ou de gravier (veillez à ce que le fond des pot ne touchent jamais à l'eau, cela pourrait faire pourrir les racines de vos orchidées). Cependant un bac d'humidification de ce type augmente en moyenne l'hygrométrie de seulement 5 % à 5 cm de l'eau... Au niveau des feuilles de la plantes l'augmentation est non mesurable. 

Pour que cette installation soit réellement efficace il faut une source de chaleur pour augmenter le taux d'évaporation. On peut pour ce faire utiliser un câble chauffant de 100 à 200 W (disponible en jardinerie ou animalerie au rayon reptile, il en existe même avec un thermostat ce qui permet de régler le débit de vapeur de votre bac a humidification) que l'on laissera serpenter dans le bac. Brancher éventuellement le cordon chauffant dans un minuteur si il n'a pas de thermostat. On peut aussi placer le bac sur un radiateur (en prenant bien garde que le plateau soit assez grand pour protéger les feuilles des orchidées de l'air chaud venant du radiateur). Ne pas utiliser de résistance pour aquarium en verre qui sont fragiles, et qui de plus ne chauffent qu'à un endroit limité. Il existe aussi des nappes chauffantes (en magasin d'hydroponie).

Les billes devront être du plus petit diamètre possible pour favoriser l'évaporation. Choisissez un bac ayant la plus grande surface possible (comme une plaque à biscuits profonde, un bac à semis  ou un "bac à chat" par exemple), car l'évaporation est proportionnelle à la surface d'eau en contact avec l'air. Notez que le fond du pot ne doit pas entrer en contact avec l'eau du bac. Vous pouvez pour ce faire déposer le pot sur une soucoupe à l'envers ou couvrir ces bacs avec un grillage sur lequel vous poserez les pots.

Autres trucs...

Si vos plantes poussent sous lumière artificielle, vous pouvez recouvrir l'étagère qui abrite des tubes fluorescents et les orchidées d'une housse transparente en plastique pour créer une mini-serre avec une bonne humidité ambiante. Ce système peut aussi être utile pendant un départ en congés. Un bon arrosage avant de partir, et cette installation restera humide jusqu'à votre retour. Prenez garde cependant de protéger la mini-serre du soleil direct afin d'éviter de faire cuire vos orchidées. Si vous adoptez cette solution de façon définitive vous devrez penser a installer un petit ventilateur dans cette mini-serre pour éviter que les champignons ne prolifèrent. 

Pour les plantes à racines nues comme les vanda, vous pouvez opter pour la méthode du vase: Il faut prendre un vase ordinaire en verre transparent, suffisamment large pour pouvoir mettre les racines sans trop les casser (ça n'est pas grave si quelques unes se cassent), mais pas trop pour que la plante ne tombe pas au fond du pot. Il est conseiller de bien fixer la plante en haut du pot avec du fil de fer. 

Ensuite, il suffit de remplir le vase d'eau non calcaire additionnée d'un peut d'engrais dilué et de laisser mariner quelques minutes (les racines doivent devenir complètement vertes). On vide alors l'eau et on égoutte à fond. Cette opération est a renouveler dès que les racines sont sèches. Il faut veiller a ce que les racines ne baignent  pas dans de l'eau au fond sinon risque de pourriture. On peut aussi mettre de la pouzzolane ou des billes d'argile au fond du vase pour absorber l'eau en trop et aider à augmenter l'hygrométrie. 

Attention: au soleil le vase fait office de serre et la température peut monter très rapidement à l'intérieur ce qui risque de cuire les racines. Si la température intérieure monte trop il est conseillé de protéger le vase des rayons directs du soleil (par ex avec du papier aluminium ou un cache pot opaque) ou de pratiquer des trous d'aération de gros diamètre au fond du vase pour permettre la circulation de l'air (on peut pratiquer ces trous à la perceuse avec une mèche adéquate et beaucoup de patience).

Photo de JPh illustrant la technique du OMiJePh

Une autre Photo de JPh illustrant la technique du OMiJePh: quelle merveille !

 

 

 

Enfin, certaines plantes miniatures (comme les Masdevallia par ex.) se prêtent bien à la culture en vivarium ou en vitrine. Ces espaces clos peuvent être une bonne façon d'augmenter localement l'humidité autour des plantes les plus sensibles. Vous trouverez des indications sur la fabrication d'un orchidarium ici.

orchidarium.jpg (256667 octets)

 

Les bricolages maison


Les orchidouxdingues bricoleurs fourmillent d'idées pour augmenter l'humidité ambiante autour de leur protégées ! A vous d'y trouver l'inspiration...

 La méthode Djamel: la bassine ventilée

Il vous faut : 

- Une bassine de 20 litres au moins, avec la plus grande surface possible (c'est la surface qui joue, pas la quantité d'eau).

- Un ventilateur domestique

- Un tissu absorbant type peau de chamois artificielle (Chamoisine par exemple, vendue en grande surface).

- Facultatif : une pompe à eau d'aquarium ou d'arrosage avec un programmateur pour humidifier le tissu absorbant.

Une image vaut milles mots ! reportez vous à la photo pour les instructions de montage! 

 

Vous pouvez utiliser la pompe avec un programmateur pour mouiller le tissu régulièrement. Mais il est plus économique de trouver un tissu assez absorbant pour ne pas sécher. N'hésitez pas aussi pour cela à baisser la vitesse du ventilateur ou à l'éloigner du tissu. Souffler à donf n'est pas forcément la meilleure méthode pour augmenter l'évaporation!

 

La méthode Papy: le tuyau de PVC ventilé

Il vous faut : 

- Un tuyau de PVC du plus gros diamètre possible et de la longueur de votre banc de culture, 2 manchons de 90 degrés en PVC du même diamètre. 

- Un ventilateur domestique ou d'ordinateur

Reportez vous au schéma pour les instructions de montage. Vous pouvez installer des buses à la sortie du tuyau de PVC pour diriger l'air humide la ou vous le souhaitez...

Idée: Pourquoi ne pas placer un petit vaporisateur à ultra-son dans la partie remplie d'eau pour augmenter le débit de vapeur... 

 

 

La méthode Laurence: le brumisateur à ultrasons ventilé

Il vous faut : 

- Une bassine de 20 litres au moins, avec la plus grande surface possible (c'est la surface qui joue, pas la quantité d'eau).

- Un ventilateur domestique

- Un brumisateur à ultrasons (Magic-Mist moins de 30 euros). 

 

Photo du magic-mist

 

(montage avec ventilateur arrêté pour les besoins de la photo)

Efficace et zen (ça fait glou glou!). Consomme très peu d'énergie (ventilo 24 W, brumisateur 30W). Par contre debit de vapeur faible (150 ml par heure environ) donc à limiter pour les petits espaces clos (terrarium, étagère houssée, etc.) ou les très petites pièces fermées...

Attention, n'utiliser que de l'eau non calcaire dans ce système (de pluie, distillée, osmosée ou au pis-aller Brita) sinon les impuretés se retrouvent dans l'air. La pastille à ultrasons est à changer souvent si vous n'utilisez pas d'eau osmosée (chez moi tous les 3 mois) et ça fini par revenir assez cher. De plus le brumisateur à ultrasons projette de l'eau un peut partout. Il peut être avantageux de mettre un couvercle sur le bac juste au dessus du magic-myst pour éviter les éclaboussures.

Il existe maintenant dans le commerce des petites bouées qui permettent de maintenir le brumisateur toujours à la bonne hauteur quelque soit le niveau de l'eau dans le récipient. On peut aussi acheter des capuchon anti-éclaboussure. Pour ma part je me suis bricolé le flotteur dans une chute de polystyrène extrudé de 4 cm d'épaisseur et j'ai coiffé le tout d'un bouchon de bouteille de lait pour éviter les éclaboussure : Pas très design mais très efficace ;-)

La méthode Jo: la pyramide de mousse

Pour plus de détails, se reporter à l'article correspondant de l'orchigazette.

Les humidificateurs du commerce


Si vous ne vous sentez pas l'âme bricoleuse, il existe plusieurs appareils dans le commerce pour augmenter l'humidité ambiante. Chacun a ses qualité et ses défauts, à vous de choisir ce qui vous convient de mieux...

Humidificateur à vapeur chaude:

L'eau est portée à ébullition grâce à une résistance chauffante. Il produit un jet de vapeur, réglable sur certains modèles.

les plus: La vapeur produite est exempte de contaminant (ni sels, ni bactéries)

Les moins: Il faut détartrer la résistance régulièrement si on utilise l'eau du robinet. Le débit de vapeur est assez limité, ce type d'appareil convient surtout pour les petites pièces. Consomme pas mal d'énergie (300 à 500 W). Contribue à réchauffer la pièce. 

A surveiller: Le volume du réservoir; prendre le plus grand possible. Certains modèles ont une résistance recouverte de téflon ce qui facilite le détartrage.

On voit ici la résistance recouverte de téflon (en haut)

 

 

Voici la liste de divers modèles d'humidificateurs:  

PURLINE HGC2, Humidificateur à vapeur douce

2.3 litres

260 Watt

Indicateur de niveau d'eau

69 Euro Chez Leroy Merlin

DELONGHI VH100, Humidificateur à vapeur chaude

6 litres

400 Watt

Indicateur de niveau d'eau

Débit vapeur réglable

45 Euro Chez Leroy Merlin

Particularité : il est moche, mais vraiment très moche. Il est en forme de soucoupe volante de couleur bleue pale !

  Cliquer ici pour voir ce qui se cache dedans !

ASTORIA AT145 A

5 litres

420Watt

80 Euro Chez Boulanger

BIONAIRE HGC2

2 litres (à vue d'œil)

260 Watt

60 Euro Chez Boulanger

 Humidificateurs à vapeur froide à flux forcé:

L'air de la pièce est forcé à travers un filtre humide et se charge en humidité. Le filtre peut être humidifié soit passivement par capillarité soir à l'aide d' une petite pompe à eau.

Les plus: Très bon débit de vapeur. Convient aux pièces jusqu'à 150 m2 et plus dépendant des modèles. Certains modèles ont des réservoir de très grande taille ce qui permet un remplissage par semaine seulement. Contribue à rafraîchir localement l'air à la sortie. Consomme très peu d'énergie.

Les moins: Si vous utilisez de l' eau du robinet, le calcaire va rapidement s'accumuler dans le filtre et le boucher (plus d'absorption par capillarité). Il faudra donc le changer tous les 2 mois environ. On peut dé-calcairiser l'eau du robinet à l'acide oxalique pour augmenter sensiblement la durée de vie du tampon. Si vous utilisez de l'eau de pluie, attention au développement de bactéries et autres algues sur le filtre qui contribue à la formation de mauvaises odeurs (rajouter préventivement quelques gouttes d'anti-algue à piscine dans l'eau pour éviter ce problème). Il existe des modèles avec un pompe qui permettent d'augmenter considérablement la durée du filtre.

Petit truc: rajouter un peu d'anti-algue du type Physan 20, Orthocide 50, Cossan 20 ou Captan dans l'eau. Ca augmente la durée de vie du filtre et son pouvoir de capilarisation. On peut aussi utiliser du savon à vaisselle sans parfum. Si votre eau est très calcaire rajouter un peu d'acide oxalique (sel d'oseille) dedans le jour avant utilisation pour obtenir un pH d'environ 5. En quelques heures le calcaire précipite au fond du récipient. L'eau récupérée par décantation est  douce ce qui prolonge la vie du filtre facilement par 2 (n'hésitez pas à poser des questions sur le forum pour en savoir plus) ...

Voici mon humidificateur console à vapeur froide (Holmess HM3500). Je l'ai payé 80 CAD (50 euros) et le tampon d'humidification coûte 11 euros à changer tous les 6 mois environ (comme je n'utilise pas ma salle de culture en été, le tampon me fait une année: je le change en début d'automne). 

Il a un hygrostat incorporé (donc on peut choisir le niveau d'hygrométrie voulue et l'appareil fonctionne juste assez pour maintenir cette valeur), une autonomie de 30 litres, 3 vitesses d'humidification, très faible conso d'électricité (c'est un simple ventilateur) et un débit maximal d'évaporation de 1.5 litre par heure... Mon modèle à des roulettes je peux donc facilement le déplacer au besoin

A noter: l'appareil est un peu bruyant a la vitesse la plus élevée (comme un ventilateur à haute vitesse).

 

Comme il agit par évaporation (l'air est forcé à travers un tampon humide) cet appareil permet aussi de rafraîchir l'air et de plus aucun des sels de l'eau ne se retrouve dans l'air. Je peux utiliser de l'eau du robinet sans problème (je dé-calcairise la mienne à l'acide oxalique mais c'est uniquement pour augmenter la durée de vie du tampon).

Humidificateurs à vapeur froide à ultrasons

- Humidificateurs à ultrason (médical ou dédié aux plantes - similaire au brumisateur utilisé dans le "système Laurence") : produit des ultrasons qui forment des micro gouttelettes d'eau sous forme d'un nuage de brouillard très décoratif.

Les plus: silencieux, purifient l'air, consomment peu d'énergie.

Les moins: Les petits appareils à une tête qu'on trouve le plus souvent dans le commerce ont un débit de vapeur insuffisant pour une grande pièce (mais bien adapté pour des petits espaces confinés). Réservoir souvent de faible capacité. S'il n'est pas équipé d'un filtre, le calcaire de l'eau et les autres impuretés se retrouvent dans les gouttelettes de vapeur et laissent une petite poudre blanche partout. La pastille en céramique est à changer tous les ans environ si on utilise de l'eau de pluie, ou distillée. Les performances diminuent rapidement si on utilise de l'eau du robinet (3 à 6 mois). Attention, bien vérifier qu'il est possible de changer la pastille sur le modèle avant de l'acheter. 

 

Autres appareils:

Buses de brumisation à haute pression : très efficaces mais très chers. Provoquent de plus une baisse de la température bienvenue en été. Ce type de matériel est adapté aux serres, pas à la culture en appartement.

Humidificateurs à pompe : 24 H d'autonomie, pièces mécaniques en rotation s'usant rapidement

  

Une remarque pour finir:


L'humidité varie naturellement en fonction des condition climatiques extérieures (température, pluie, etc.). Les systèmes d'humification ne doivent être utilisé qu'en cas de besoin. Notez qu'il faut absolument éviter de soumettre vos orchidées à des  conditions humides et froides !  Ces conditions favorisent la pourriture en très peu de temps. La nuit par exemple, si la température baisse dans votre salle de culture, arrêtez l'humidificateur. L'humidité augmente fortement avec la baisse de température et  l'humidificateur devient alors inutile, voire dangereux. Ne laisser les humidificateurs en marche que si la pièces est aérée (fenêtre ouverte). Sinon, vous risquer de provoquer le pourrissement de vos orchidées.  

Voila, j'espère que cet article vous aura donné quelques pistes pour résoudre le problème d'air sec qui afflige trop souvent les orchidophiles d'appartement. A noter: munissez vous d'un bon hygromètre pour mesurer l'humidité relative auprès de vos orchidées, et n'oubliez pas de le calibrer au moins une fois par an (voir autre article de l'orchigazette).

Si vous avez des commentaires ou des suggestions à propos de cet article, rendez vous sur le forum Orchidoux & Co.

 

 

 


Accueil    Plan    FAQ    Fiches de culture    Orchigazette    Matériel