dernière m.a.j. 5 mars 2008

Les ennemis des orchidées


Comme toutes les plantes les orchidées peuvent être victimes de nombreux insectes et maladies. Si la présence isolée de quelques taches ou cochenille n'est pas dramatique en soi et sera vite jugulée, la prolifération de ces nuisibles est par contre plus problématique. Elle est souvent la conséquence d’erreurs ou de mauvaises conditions de culture. N'oubliez jamais qu'une plante forte est tout à fait en mesure de se défendre contre ses ennemis. Ses feuilles seront coriaces, amères voir toxiques ce qui encouragera les grignoteurs et autres champignons à aller voir ailleurs. Le meilleur des traitements est donc ici encore la prévention : cultivez vos plantes au mieux, donnez leur du soleil à profusion et des températures adaptées, arrosez de façon intelligente, ventilez vos espaces de culture et ne les gavez pas vos orchidées d'engrais (la fertilisation doit être douce mais continue). Elles feront le reste elles mêmes. 

Mais même avec des plantes fortes, on est jamais à l'abris d'un petit accident, d'une plante un peu moins costaud qui sera porteuse de locataires ou d'une maladie.  L'important est alors d'observer ses plantes attentivement pour pouvoir intervenir dès le début du problème. Vous trouverez plus bas une liste de ces ennemis et la méthode adaptée pour venir à bout de chacun d’eux : Attention ne jamais effectuer ces traitements en plein soleil  et toujours sur des plantes au substrat humide. Egalement  ne pas traiter à l' aveugle et toujours respecter la notice des produits.

1) Les insectes nuisibles   

 

Les cochenilles

Sur les orchidées on rencontre essentiellement 2 sortes de cochenilles : les farineuses et les caparaçonnées. On peut aussi parfois observer des cochenilles de Boisduval mais c'est plus rare.

Elles sont recouvertes pour les unes de laine blanche et les autres d'un bouclier brun et mesurent environ 1 à 2 mm de long. On les trouve souvent sous les feuilles ou à leur aisselle. Les femelles passent une grande partie de leur vie fixées et immobiles (d'où leur nom de poux collants) à sucer la sève des plantes.

cochenille farineuse

Traitements

1/Si elles sont peu nombreuses un coton-tige imbibé d’alcool à brûler et d’eau suffit pour les retirer. La décoction de Cannelle en vaporisation est aussi très efficace (voir la recette dans l'encart plus bas) : elle agit par contact, il faut donc bien vaporiser partout et renouveler l'opération tous les 3-4 jours jusqu'à disparition complète des intrus.  Dans le cas des cochenilles a carapaces, la décoction de cannelle les tue mais la carapace reste en place. On peut si on le souhaite la décrocher avec le bout de l'ongle quelques jours plus tard.

 2/En cas d’invasion importante utiliser un insecticide systémique contenant de l'Imidaclopride (disponible en jardinerie). Ajouté à l'eau d'arrosage à la moitié de la dose prescrite sur l'emballage ce produit pénètre dans la plante et se diffuse partout par la sève.  On l'utilisera en pulvérisation totale de la plante et en arrosage du substrat.

 

Les Tetranyques tisserands

ou Araignées rouges 

 Cette espèce d’acarien se développe dans les ambiances chaudes et sèches , il est courant de les rencontrer lorsque l’hygrométrie est insuffisante (<50%).

Invisible a l’œil nu on remarque leur présence par la formation de fines toiles argentées sur le feuillage.

 

 

Traitements

1/Augmenter l'hygrométrie ambiante et les pulvérisations en insistant sur l’envers des feuilles car ces insectes ont horreur de l’eau ! 

 2/La décoction de Cannelle en vaporisation est efficace (voir la recette dans l'encart plus bas) : elle agit par contact, il faut donc bien vaporiser partout et renouveler l'opération tous les 3-4 jours jusqu'a disparition complète des intrus.  Si l'invasion continue pulvériser un acaricide spécifique à base de dicofol. 

3/Pour prévenir leur réapparition veillez à augmenter l’humidité ambiante !

Attention, ce ne sont pas des insectes mais des acariens. Ils sont donc insensibles aux insecticides, voire pire : l'imidaclopride augmente leur taux de reproduction par 5! 

 

Les Thrips 

Insecte de 1 à 3 mm de couleur brune ou noire, étroit et allongé, le thrips s’attaque aux fleurs et aux feuilles. Les adultes ont des sortes d'ailes rudimentaires, les larves elles se déplacent très rapidement sur les plantes et se dissimulent dans le moindre interstice.

Il entraîne la formation de « taches de liège » , plaques beiges desséchées sur la face inférieur des feuilles et des fleurs. Ils peuvent être responsables de la chute des boutons et de la deformation des fleurs.

       

 

Traitements 

La décoction de Cannelle en vaporisation est efficace (voir la recette dans l'encart plus bas) mais elle agit par contact et les thrips sortent surtout la nuit. Il faut donc vaporiser les plantes dans les moindres interstices une fois la nuit tombée et renouveler l'opération tous les 3-4 jours jusqu'a disparition complète des intrus.  

En cas d'échec utiliser un insecticide un insecticide systémique contenant de l'Imidaclopride (disponible en jardinerie). Ajouté à l'eau d'arrosage à la moitié de la dose prescrite sur l'emballage ce produit pénètre dans la plante et se diffuse partout par la sève. On l'utilisera en pulvérisation totale de la plante et en arrosage du substrat.

Placer des pièges collants ou des plantes carnivores (type Pinguicula) pour capturer les adultes.

 

Les mollusques et les chenilles 

 Ils apparaissent surtout chez les orchidées passant l’été en plein air, mais on peut aussi trouver des mini-escargots dans le compost.

limace.jpg (36799 octets)

 

Traitements 

Pour les gros escargots et les limaces des appâts anti-mollusques sont suffisants.

Pour les petits escargots qui se dissimulent dans le substrat, on peut placer des rondelles de carotte à la nuit tombée au pied de la plante après un bon arrosage du substrat. Apres leur festin de carotte les escargots s'endormiront sous les rondelles et il suffira alors de les retirer au petit matin. Il faut souvent procéder à cette chasse plusieurs jours d'affilée pour capturer tous les intrus...

Pour les chenilles une recherche manuelle est la meilleur méthode. Elles sortent surtout la nuit donc à vos lampes de poches !

 

 

2) Les maladies   


Bien que les insectes parasites nous causent déjà des désagréments, il faut malheureusement ajouter à la liste des ennemis microscopiques bien plus ravageurs que ces derniers. En effet les virus, les bactéries et les champignons sont une menace tout aussi sérieuse que les différents insectes vus dans la première partie. Voici une liste non exhaustive de ces ennemis invisibles. 

  Le Botrytis  

Plus connu sous le nom de pourriture grise, ce champignon s’attaque plus particulièrement aux fleurs. Il se propage d’abord par les racines pour ensuite remonter jusqu’aux fleurs sur lesquelles il provoque l’apparition de petits points grisâtres. 

Le Botrytis se développe quant de l'eau s'accumule trop longtemps sur les fleurs, notamment en cas d'hygrométrie trop élevée et lorsque la ventilation est insuffisante.

  Traitement 

1/ Tout d’abord couper les fleurs atteintes 

2/ Bien séparer la plante atteinte et la placer dans une pièce bien ventilée

3/ Installer un système de ventilation pour éviter l’humidité stagnante, réduire l' hygrométrie, éviter de mouiller les fleurs.   

          

 Le Phytophtora  

Le phytophtora ou pourriture noire provoque des taches sur les feuilles et les pseudo- bulbes. Très courante chez les cattleya cette attaque fini par gagner la plante entière si elle n'est pas traitée.  

le Phytophtora se développe quant les plantes sont gardées trop humides (arrosages mal gérés ou substrat trop âgé) et que les températures sont trop fraîches. 

Traitement :

1/ Couper les parties atteintes en ne laissant que du tissus sain et désinfecter les plaies de coupe avec de la cannelle

2/ Isoler les plantes malades 

3/ Garder la plante au chaud et le substrat sec, réduire la fréquence des arrosages

4/ En cas d'aggravation pulvériser la plante entière avec un fongicide adéquat

 L’Erwinia 

Cette bactérie redoutable se manifeste par des taches brunes à l’aspect humide sur les feuilles s’étendant très rapidement. L’infection se généralise en quelques jours et entraîne la mort de la plante par liquéfaction, il est donc primordial d'agir dès le déclenchement du problème.

  Traitements 

1/Si l’infection est très avancée détruire la plante. 

2/Pour un début d’infection , couper largement les parties malades en ne laissant que du tissus sain et désinfecter les plaies de coupe avec de la cannelle. 

 

Précautions générales en cas de maladie:

Pour éviter toute propagation de ces maladies quelques règles d’hygiène sont nécessaires : 

1/ Ne manipulez pas d’autres plantes après un traitement  sans vous être soigneusement lavé les mains au préalable.

2/ Débarrassez vous de toute plante ou partie de plante atteinte à la poubelle (surtout pas au compost)

 3/ Stérilisez bien vos outils et autre matériel (ciseaux, lames de rasoir, scalpel, pots, etc.) après toute intervention. Pour ce faire vous devez débarrasser les outils de tout résidu puis les tremper au moins 15 minutes dans de l'eau de javel 20% additionnée de quelques gouttes de savon à vaisselle. 

4/ Veillez  à nettoyer vos supports assez régulièrement (bac de billes d’argiles, plan de travail, etc.…).

 

 

Article collaboratif,  première mise en ligne le 10 Février 2003 

 

Recette de la décoction de cannelle : ca marche pour tout !

Placer une cuillère à soupe bien pleine de cannelle en poudre dans un sachet à thé (vendu à coté des filtres à café) le tout fermé avec longue ficelle. Rentrer le sachet dans un brumisateur en laissant dépasser la ficelle et rajouter 500ml (1/2 l) d'alcool à friction (70%*). 

Attendre 24h en agitant si on y pense et garder le pulvérisateur toujours à portée de mains: c'est anti-fongique, insecticide et acaricide (par contact) et même anti-bactérien. En plus ca sent bon alors à utiliser sans modération sur toute tache ou insecte suspect (mais pas sur une plante déshydratée ni en plein cagnard bien sur

Attention tout de même de ne pas employer sur les fleurs et boutons que cela fait faner prématurément. Il peut également y avoir des problèmes avec certaines orchidées au feuillage très fin : dans ce cas faire un essai localisé avant pour être sur que la plante réagit bien. 

 

* L'alcool 70% disponible en France est modifié par l'ajout de camphre, certains l'ont essayé pour préparer la décoction sans contre-indication apparente. Si vous préférez néanmoins ne pas prendre de risque on peut se procurer de l'alcool à 90% sans méthanol et non modifié en pharmacie mais on ne peut pas en acheter plus de 25 cl à la fois sauf si on a une ordonance. Il faudra donc faire 2 pharmacies pour obtenir les 500 ml d'alcool 90% nécessaires, ensuite mélanger 470 grammes d'alcool 90% + 110 grammes d'eau pour obtenir 1/2 litre d'alcool 70%

 

 

 

 

 

 

 

 


Accueil    Plan    FAQ    Fiches de culture    Orchigazette    Matériel