dernière m.a.j. 3 septembre 2006

Mesurer l' intensité lumineuse avec un appareil photo...


 

Sommaire

Pourquoi mesurer l’intensité lumineuse ?

Quant et Comment mesurer l’intensité lumineuse ?

Les unités de mesure de l’intensité lumineuse 

Intensité lumineuse moyenne.

Quelle orchidée pour quelle l’intensité lumineuse ?

Comme toutes les plantes à fleurs, les orchidées ont besoin de lumière pour vivre et fleurir. Cependant, de par la grande diversité du genre des orchidacées, chaque espèce d’orchidée à des besoins en lumière bien différents. Par exemple certaines orchidées vivent au sommet des arbres où elles sont exposées à la lumière directe du soleil presque toute la journée, alors que d’autres espèces vivent au sol dans des endroits très ombragés. Cultiver une orchidée sans lui donner toute la lumière requise revient à court terme à se priver de ses floraisons et à long terme à l'affaiblir et finalement la condamner à mort. 

Un des grands secrets de la réussite en orchidophilie consiste à savoir choisir les plante qui se plairont dans les conditions de culture qu'on peut leur apporter. Il est donc primordial d'évaluer l'intensité lumineuse qui règne dans les différents espaces de culture que l'on possède. Hélas l'oeil humain étant très sensible à la lumière, il nous est très difficile d'évaluer au premier abord si tel endroit conviendra vraiment à telle ou telle orchidée. Un endroit qui nous parait très lumineux peut se révéler en fait insuffisamment éclairé même pour l'orchidée la moins gourmande en lumière.

 

Pourquoi mesurer l’intensité lumineuse ?      


Lorsqu’on cultive des orchidées en appartement, la quantité de lumière naturelle disponible est souvent limitée. Le manque de lumière est d’ailleurs la cause principale du refus à fleurir de nos protégées. Il est donc crucial de savoir quel type d’orchidée se satisfera de nos appuis de fenêtres.

Des indications quant à l’orientation de fenêtres peuvent parfois suffire pour avoir une bonne idées sur la question : par exemple une fenêtre exposée au sud avec plusieurs heures de soleil direct chaque jour conviendra aux orchidées qui aiment la lumière vive (comme les Vandas, les Cattleyas et les Cymbidiums), alors qu’une ouverture orientée à l’est et à l’ouest conviendra aux espèces qui préfèrent des conditions plus ombragées (comme les phalaenopsis). Quant à l’exposition nord, elle n’est en général pas très favorable à la culture des orchidées. 

Cependant, l’orientation n’est pas tout. D'une part il faut que les plantes soient placées suffisamment près de la fenêtre. L'intensité lumineuse diminue par 4 chaque fois que la distance à la source lumineuse double. Pour cette raison il faut placer vos orchidées le plus près possible de la baie vitrée, et toujours à moins de 50 cm de celle-ci. 

Ensuite il faut également considérer l'environnement de la fenêtre. 

 

Par exemple, si une fenêtre au sud est masquée par un gros arbre situé juste devant, elle ne recevra pas plus de soleil qu’une ouverture orientée au nord. Inversement une exposition nord peut se révéler plus lumineuse que prévue si la fenêtre fait face à un grand mur blanc exposé lui au sud qui réverbère la lumière. 

Il est donc souvent souhaitable d’évaluer la quantité réelle de lumière dont on dispose plutôt que de se fier a la simple exposition de la fenêtre.

Quant et Comment mesurer l’intensité lumineuse ?   


Evidemment, l’intensité lumineuse prés d'une fenêtre varie en fonction de l’heure de la journée, de la saison et de la météo. Pour avoir une bonne idée de la quantité de lumière dont vous disposez, je vous conseille donc de faire plusieurs mesures au même endroit. Commencez par observer votre appartement. Notez la durée d’ensoleillement (soleil direct) pour chaque fenêtre. Choisissez ensuite une belle journée ensoleillée du mois de décembre pour déterminer les conditions hivernales et refaites la mesure au mois de juin pour avoir le maximum d’intensité.  Prenez une mesure au soleil direct (par exemple le matin) et une autre en condition ombragée (par exemple le soir). 

Si vous ne voulez pas investir dans l’achat d’un luxmètre (appareil spécialisé qui mesure l’intensité lumineuse), vous pouvez vous servir de votre appareil photo semi-automatique ou automatique pour évaluer la quantité de lumière dont vous disposez. Vous n’avez pas besoin de pellicule dans l’appareil pour ce faire : vous allez tout simplement vous servir de la cellule photo-électrique de l’appareil photo.

Tout d’abord,  mettez votre sélecteur de sensibilité de film sur 100 ASA. 

Avec un appareil semi-automatique, placez vous en mode « priorité d’ouverture » (Av) et placez le sélecteur à un f-stop intermédiaire (f/8 par exemple). Avec un appareil automatique, aucun réglage n'est nécessaire.

Pour évaluer la quantité de lumière, placez une feuille de papier blanc à l’endroit que vous voulez tester. La feuille de papier doit être placée exactement la où seront situées les feuilles de l’orchidée. Enfin, faite la mise au point sur la feuille de papier et notez la valeur du f-stop et du temps d’exposition indiquée par votre appareil. Je vous conseille de le faire plusieurs fois et de faire une moyenne des valeurs obtenues.

Vous obtenez donc deux données: le f-stop (fixé par vous dans le cas de l'appareil semi-automatique) et le temps d’exposition. Armé de ces 2 données, reportez vous au calculateur sur cette page pour obtenir l’intensité lumineuse correspondante (en Lux ou en « foot-candles » = fc).

Par exemple avec une sensibilité de 100 ASA, si pour un f-stop de f/8 vous avez obtenu un temps d’exposition de 1/1000ème de seconde vous obtenez 43840 Lux (ou 4073 fc). Donc au moment ou vous avez fait le test votre appuis de fenêtre recevait à peu près 44000 Lux.

 

Si vous préférez faire la calcul vous même vous pouvez employer cette formule:

 

Intensité lumineuse =  (70 x f2)/(texp x ISO)

 

f étant le f-stop, texp le temps d'exposition en secondes, ISO la sensibilité de la péllicule et l'intensité lumineuse étant exprimée en Lux.

 

Par exemple si on reprend l'exemple précédent, f=8, texp=0.001 et ISO=100 donc l'intensité lumineuse = (70 x 64)/(0.001x100) = 44800 lux, soit légèrement plus que la donnée du calculateur mais tout cela reste une estimation acceptable...

Les unités de mesure de l’intensité lumineuse   


Il existe beaucoup d’unités différentes pour exprimer l’intensité lumineuse. Nous avons déjà vu le foot-candle (fc) mais on peut aussi utiliser le lux, le lumen, le Candela (unité internationale) et j’en passe. Bref, difficile de s’y retrouver, surtout que certaines de ces unités se référent à une surface et d’autres non !

J’ai donc fait une petite recherche Internet pour trouver le facteur de conversion:

 1 foot-candle = 1 lumen / ft2 = 10,8 lux = 10,8 lumens / m2

Donc pour reprendre l’exemple précédent : votre appuis de fenêtre recevait 4000 fc au moment ou vous avez fait le test, soit environ 43 000 lux.

 Intensité lumineuse moyenne.    


Comme on l’a vu plus haut,  l’intensité lumineuse varie en fonction de l’heure de la journée. Pour obtenir l’intensité lumineuse moyenne reçue par votre appuis de fenêtre, vous devez faire un petit calcul.

Par exemple, votre fenêtre reçoit du soleil direct de 8h à 12h  et vous avez mesuré 4000 fc pendant cette période. Ensuite, de 12h a 18h elle bénéficie d’une lumière tamisée à 1500 fc. Avant  8h et après 18h la lumière est négligeable (trop basse pour être utilisable pour faire de la photosynthèse). 

Donc la quantité de lumière totale pour la journée sera :

(4000 x 4) + (1500 x 6) = 25000 fc

Cette valeur est ramenée à une durée d’ensoleillement de 10h pour obtenir l’intensité lumineuse moyenne :

25000 / 10 = 2500 fc

C’est cette donnée moyenne que vous devez utiliser pour choisir l’orchidée qui convient à votre appuis de fenêtre. Vous pouvez vous aider du tableau au paragraphe suivant pour ce faire.

Quelle orchidée pour quelle l’intensité lumineuse ?   


Bon, maintenant que vous savez quelle intensité lumineuse moyenne vous pouvez fournir, il est temps de choisir l’orchidée qui se plaira chez vous. 

Dans la majorité des livres traitant des orchidées, on trouve des données sur l’intensité lumineuse que préfère chaque espèce. Ces données correspondent à l’intensité lumineuse moyenne nécessaire pour faire fleurir la plante. En dessous de cette quantité de lumière, l’orchidée aura des feuilles plus foncées. Chez les Phalaenopsis et les Vandacées, le manque de lumière se traduit également par un changement de la forme des feuilles qui deviennent plus longues et moins larges. L'orchidée continuera peut être à faire des racines et des feuilles mais refusera souvent de fleurir. A plus long terme si le manque de lumière persiste, la plante va progressivement s'affaiblir, arrêter de pousser. Elle sera plus sensible aux pourritures diverses et aux attaques des insectes. Elle va finir par doucement péricliter et mourir, même si cela peut prendre des mois voire des années.

Il est donc primordial de donner suffisamment de lumière à vos orchidées si vous voulez des plantes fortes qui fleuriront abondamment. Vous trouverez dans le tableau suivant les besoins en lumière des genres botaniques les plus courants. Bien sur, ces données sont indicatives. Vous devez vous renseigner lors de l’achat sur les besoins précis de votre plante en particulier. Notez que les hybrides inter-génériques ont souvent des besoins en lumière plus bas que les espèces botaniques.

 

1000 à 1500 fc

 

ou 

 

10 000 à 15 000 Lux

Facile à l'intérieur* 

Septembre à Mars: lumière vive tamisée allant jusqu'à quelques heures de soleil direct

Le reste du temps: lumière vive mais tamisée 

Ancistrochilus, Bollea, certains Bulbophyllum, Cadetia, Chamaeangis, Chaubardia, Chaubardiella, Cochleanthes, Cochlioda, Coelia, Cyclopogon, Cypripedium, Doritis et ses hybrides, Dracula, Dryadella, Eulophia, Houllettia, Huntleya, Jacquiniella, Kefersteinia, Kingidium, Lepanthes, certains Liparis, Ludisia, Macroclinium, Mystacidium, Nanodes, certains Paphiopedilum, Pescatorea,  Phalaenopsis, certains Platystele, Pleurothallis, Promenaea, Sigmatostalix, Stanhopea, Tainia, certains Trisetella, Zootrophion, Zygostates

1500 à 2500 fc

 

ou 

 

15 000 à 25 000 Lux

Fenêtre avec quelques heures de soleil direct quotidiennement.

Octobre à Mars: 2 à 4h de soleil direct

Avril à Septembre: lumière vive mais tamisée de 10h à 16h, si possible sortir à l'extérieur à la mi-ombre 

Acineta, Aerangis, Aeranthe, Amesiella, Angraecum, Aspasia, Bulbophyllum, Calanthes, certains Cattleya hybrides, Cirrhopetalum, Cischweinfia, certains Coelogyne, Comparettia, Coryanthes, Dendrochilum, Dichaea, Dyakia, certains Epidendrum, Gongora, Habenaria, Jumellea, certains Laelia, Lycaste, Macodes, Masdevallia, Maxillaria, certains Miltonia, certains Odontoglossum et les hybrides, Oerstedella, la plupart des Oncidium, Ornithocephalus, Paphinia, certains Paphiopedium, Phaius, phragmipedium, certains Polystachya, Prosthechea, Restrepia, Rossioglossum, Sarcochilus, Sobralia, Sophronitis, Stelis, Trichocentrum, Trichopilia, Trichosalpinx

2500 à 3500 fc

 

ou 

 

25 000 à 35 000 Lux

Fenêtre très bien exposée obligatoire en intérieur, à cultiver de de préférence en serre ou véranda

Octobre à Mars: 4 à 6h de soleil direct

Avril à Septembre: lumière vive mais tamisée de 11h à 15h, si possible sortir à l'extérieur.

Aerides, Anachelium, Ascocentrum et leur hybrides, Brassavola, Brassia, Catasetum, Clowesia, certains Coelogyne, Cattleyas botaniques, Cycnoches, beaucoup de Dendrobiums, Encyclia, certains Epidendrum, Gastrochilus, certains Laelia, Miltonia, Mormodes, Neofinetia, certains Odontoglossum, certains Oncidium, certains Paphiopedium, Paraphalaenopsis, certains Polystachya, certains Renanthera, Rodriguezia, Schomburgkia, Tolumnia, Trichoglottis, certains Vanda, Zygopetalum 

Plus de 3500 fc

 

ou 

 

Plus de 35 000 Lux

Serre ou véranda (ou culture dehors) obligatoire

Plein soleil toute l'année

 Arachnis, Caladenia, cymbidium botaniques, Disa, certains Epidendrum,  Grammatophyllum, certains Laelia, certains Renanthera, Spathoglottis, Thelymitra, certains Vanda, Vandopsis

*la notion de facilité se réfère uniquement au besoins en éclairage de la plante. Bien vérifier les autres conditions de culture (notamment la température) pour savoir si votre environnement conviendra à la plante en question.

 

 

Voilà !  Beaucoup de blabla pour en arriver la ! j’espère quand même que tout ça vous sera utile pour mieux cerner vos condition de culture et obtenir les fleurs tellement attendues. Et si vous vous rendez compte que votre appartement est vraiment trop sombre pour vous permettre de cultivez des orchidées dans des bonnes conditions, ne désespérez pas car il existe de multiples solutions pour apporter un surplus de lumière (voir ici).

Laurence, le 24 jan. 2003    


Pour en savoir plus (liens hélas en anglais):

http://www.natmus.dk/cons/tp/lightmtr/luxmtr1.htm

http://www.thekrib.com/Plants/Tech/intensorama.html

http://www.luminousfilm.com/lumens_lux_stuff.htm

http://faq.gardenweb.com/faq/lists/orchids/2003011119000930.html 


Accueil    Plan    FAQ    Fiches de culture    Orchigazette    Matériel